Livres de S-F Fleuve Noir - Anticipation Retour Menu  Accueil

TitreLes Ancêtres     AuteurPeter RANDA     GenreS-F


Les Livres

Les Couvertures
Toutes les couvertures
01 -Les Ancêtres(1963)- n° 220
02 -Retour en Argara(1964)- n° 258
03 -La Révolte des Inexistants(1968)- n° 346
04 -La Loi des Ancêtres(1972)- n° 522
05 -Les Marées du Temps(1973)- n° 561

L'Histoire par Jean-Marc PISSARD   le 20/09/1999.

On nomme "Ancêtres" ces astronautes qui assurent les voyages dans l'espace.
Les voyages durent plusieurs siècles dans le temps vrai et seulement quelques mois pour ces marins qui se relayent pour assurer la navigation tandis que les autres hibernent.
Ce décalage de temps en a fait des inadaptés, des sans planètes. Sur Terre, on se méfie d'eux, car ils sont les seuls liens entre les mondes humains et eux seuls possèdent les secrets scientifiques de tous.
Les autorités viennent d'apprendre qu'ils peuvent assurer en 48 heures un voyage qui en théorie devrait durer plus d'un siècle, il n'est donc plus nécessaire d'hiberner.
Info ou Intox ?
Le capitaine Talbot est chargé d'infiltrer cette organisation pour voler ce secret.
Le voilà désormais confronté à un complot encore plus vaste où le sort de la Terre est en jeu.


Mon Avis par Jean-Marc PISSARD   le 20/09/1999.

De bonnes trouvailles !
Une idée originale de voyager accompagnée d'une analyse crédible sur le destin de tels hommes.

Passionnant !

La magie perdure dans le second tome, alors prêt au décollage ?



Votre Avis


par Claude NOEBES   le 23/09/2001.
Comme dans tous les romans de Peter Randa, l'action est à chaque page.

Se lit facilement.



par Christian MARCHANDON   le 06/01/2003.
Tous les livres (sauf le dernier : "Les Marées du Temps") ont un fil conducteur : la communauté des Ancêtres, ces voyageurs de l'espace qui ayant passé des siècles en hibernation ne peuvent plus se réadapter à leur planète d'origine. Cependant, ils ne constituent pas réellement une suite. Simplement des livres basés sur ce canevas, sur des planètes différentes, avec des acteurs différents, des armes différentes et sans de réels liens avec les livres précédents de la série.

Ces livres sont agréables à lire, mais ils ne faut leur demander que ce que Peter Randa est capable de donner. La philosophie en est rudimentaire, les moyens apparaissent toujours, comme par magie, quand il faut résoudre une difficulté (il y a toujours une épingle désintégratrice, un fulgurant, un paralysateur ou un robot de combat adapté à un problème et surtout disponible...).

Néanmoins, il constitue avec Richard-Bessière, Maurice Limat, Bruss, Jimmy Gieu, Steiner, etc... l'un des auteurs les plus prolifiques de la grande période de la collection ANTICIPATION des éditions FLEUVE NOIR.



par Himmelgien   le 04/04/2010.
Le thème des "Ancêtres" constitue sans doute l'élément le plus achevé de l'univers "Randéen"... qui semble tout à fait "fâché" avec la vitesse de la lumière, très utilisée par de nombreux auteurs de SF pour les voyages interstellaires.
Avec les Ancêtres, rien ne sert de courir, il faut partir à point !

Cependant, c'est la première fois que Randa utilise le "temps négatif", avatar de l'hyperspace, subespace, espace-second, interespace, espace-neutre, etc...
C'était nécessaire pour y inclure la dimension cosmique dans les luttes de pouvoir, où la philosophie "ciselante" de Randa dispose d'assez de place pour assurer sa dynamique.

Ainsi dans le premier opus, rien de moins que toute une civilisation extra-terrestre (pas du tout "disparue" !) sera nécessaire pour créer (clandestinement)le premier gouvernement mondial de la planète Terre (pas encore Terre O, O pour Originelle).
Dans le roman précédent, les Russes, US et Européens trouvaient encore le moyen d'avoir des mots.

"Retour en Argara" contient le premier "couac" : la philosophie de Randa est porteuse d'éléments racistes, le seul aspect déplaisant des livres de Randa, heureusement pas trop fréquents.
Randa semblait craindre un métissage à outrance des races, qui provoquerait la dégénérescence de l'ensemble de l'espèce (tout au moins le temps de quelques générations).
Il semble avoir toujours ignoré que, tout au contraire, la biodiversité est l'atout majeur des espèces et que les races "pures" sont des "races" mortes !

Quant à "La Révolte des Inexistants", son titre ne peut pas mieux dire : il aurait mieux valu que ce livre n'ait jamais existé !



par AJ Crime   le 11/04/2010.
Des aventures palpitantes, un élan nouveau à chaque épisode, il exploite la même veine mais réussie à se renouveler et cela n'est pas si facile.
Je ne me suis jamais ennuyé en lisant et relisant "Les Ancêtres".



par Christophe LPM   le 29/08/2010.
Très bonne série, bien sympa à lire (commence toujours par des points négatifs pour arriver à quelque chose de positif).
Le style de SF (space opera) qu'il a choisi est un système riche en émotions.

Citation : "Randa semblait craindre un métissage à outrance des races, qui provoquerait la dégénérescence de l'ensemble de l'espèce (tout au moins le temps de quelques générations).Il semble avoir toujours ignoré que, tout au contraire, la biodiversité est l'atout majeur des espèces et que les races "pures" sont des "races" mortes !"

Arrête de parler de racisme (regarde "Baroud", c'est plus une question de mentalité que de race en tant que telle). La biodiversité (n'est pas le fruit d'un métissage) et le métissage sont deux choses différentes. Les races pures ne sont pas des races mortes puisque nous avons plusieurs type d'animaux qui existent depuis plusieurs centaines de milliers d'années. Est-ce que le métissage prend les avantages des deux races ou c'est l'inverse ?




J'attend vos commentaires, n'hésitez pas à les rajouter en cliquant ICI !


Dernière modification de cette page le Dimanche 29 Août 2010