Je Sais Tout ... L'Histoire Retour Menu  Accueil

F (2/2) de  SAINT FRANÇOIS D'ASSISE  à  FUSÉE V2
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition.

Saint François d'Assise
SAINT FRANÇOIS D'ASSISE 2 références trouvées
voir les 2 définitions

Fils d'un riche marchand d'Assise, François (1187 - 1226) renonça en 1209 à la carrière de brillant CHEVALIER, qui lui était promise, pour vivre dans la pauvreté et prêcher l'humilité.

En 1210, des mendiants en haillons viennent trouver le pape Innocent III pour qu'il les autorise à mener une VIE d'austérité totale. Le pape accepte. N'aurait-il pas vu en songe le palais de Latran, siège de la papauté, sur le point de s'effondrer et sauvé par un mendiant misérable ? François d'Assise est l'un d'entre eux. Inquiet du fossé qui se creuse entre les riches instruits et le pauvre peuple, pensant que la richesse n'est pas une qualité de l'âme, et que seule l'humilité permet de gagner le paradis, il décide de fonder un ordre religieux dont les membres prennent le nom de frères mineurs (c'est-à-dire plus humbles que les autres). Pour ancrer l'esprit de pauvreté dans leur mémoire, il interdit même à ceux qui le suivent d'accepter les pièces de monnaie en charité. François les oblige à prendre la pièce entre leurs dents et à la laisser tomber sur un tas de fumier. Après sa mort, les frères mineurs prirent en son honneur le nom de franciscains.


FRANÇOIS 1er 11 références trouvées

Le règne de Francois 1er (1494 - 1547) marque l'âge de la Renaissance francaise. Dans la VALLÉE de la Loire, des châteaux aux décorations nouvelles remplacent les vieilles bâtisses tristes. La cour s'anime de fêtes et les artistes deviennent désormais les amis des princes.

CHARLES QUINT, Henry VIII, CÉSAR BORGIA, Francois 1er, la Renaissance voit le règne de princes batailleurs et pleins de santé. De haute taille, aimant la lutte et la CHASSE, mangeant et buvant beaucoup, le roi dépensait aussi l'argent avec faste et prodigalité. L'ensemble des dépenses de la cour s'élevait à 1.500.000 écus par AN, soit quelque 3 millions et demi de fois le salaire quotidien d'un ouvrier agricole ! Francois était aussi doué d'un solide humour : en 1493, à la suite de l'expédition de CHRISTOPHE COLOMB, le pape décida que les domaines récemment découverts appartiendraient aux deux grandes puissances catholiques, l'Espagne et le Portugal. Francois demanda ironiquement à voir la clause du testament d'Adam qui le chassait du nouveau CONTINENT ! A sa mort, la France était reconnue comme une grande puissance européenne.

François 1er

François-Joseph 1er
FRANÇOIS-JOSEPH 1er

Empereur d'Autriche et roi de Hongrie de 1848 à 1916, François-Joseph 1er (1830 - 1916) incarna, au XIXe siècle, la stabilité de l'empire austro-hongrois. En effet, il régna 68 ans et beaucoup d'Autrichiens ne connurent pas d'autre empereur.

Militaire et bureaucrate dans l'âme, François-Joseph avait horreur du désordre. Un DIPLOMATE écrivait à son propos : "L'Empereur ne cesse d'être une culotte de peau que pour devenir un rond-de-cuir." Obsédé par le respect de l'étiquette, il imposait à son entourage des excentricités risquées. Par exemple, pour le quitter après une entrevue, il fallait sortir à reculons en s'inclinant dans sa direction. Un guéridon mal placé provoquait la catastrophe.
Sa manie de l'exactitude le poussait également à faire minuter tous les trajets des cortèges officiels, pour pouvoir partir et arriver à la minute précise. Ayant vécu 86 ANS, Francois-Joseph eut le malheur de voir disparaître avant lui toute sa famille : son frère, fusillé en 1867, son fils, qui se suicida, et sa femme, qui mourut assassinée. Deux ans après sa mort, l'Empire austro-hongrois s'effondrait.


BENJAMIN FRANKLIN 4 références trouvées
voir les 2 définitions

Philosophe et homme d'état américain, Benjamin Franklin (1706 - 1790) inventa le paratonnerre et contribua activement, par ses missions diplomatiques, à l'INDÉPENDANCE des États-Unis.

Passionné de PHYSIQUE, Benjamin Franklin s'était ému des désastres causés par la FOUDRE. Il imagina le paratonnerre à l'aide d'un cerf-volant. Il avait attaché au bout de la corde une clef. La corde étant sèche, rien ne se produisit, mais quand la PLUIE humidifia la corde, des étincelles ÉLECTRIQUES agitèrent la clef. Benjamin aurait pu être foudroyé par la décharge électrique. Le premier paratonnerre fut installé en 1760 sur la maison d'un habitant de Philadelphie. Quelques JOURS plus tard, la foudre le frappait, épargnant la maison. Quand il vint à Paris plaider la cause américaine, les philosophes, dont Voltaire, se précipitèrent à sa rencontre car tous voulaient discuter avec ce savant passionnant. Turgot lui-même écrivit, à son honneur, ces quelques mots : "Il arracha la foudre du CIEL et le spectre aux tyrans !"

Benjamin Franklin

Frédéric 1er Barberousse
FRÉDÉRIC 1er BARBEROUSSE

Élu roi de Germanie en 1152, couronné roi d'Italie en 1155 et empereur la même année, Frédéric Barberousse (1123 - 1190) pouvait prétendre à la succession de CHARLEMAGNE. Il voulait d'ailleurs faire renaître, en Occident, la paix et la justice que la légende attribuait à l'empereur Charles.

A l'époque des CROISADES et des combats, Frédéric Barberousse incarnait l'idéal chevaleresque : jamais avare de ses forces, il participa à des tournois jusqu'à l'âge de 60 ANS. A 63 ans, il se mit en route pour la Terre Sainte ! Combattre les Sarrasins : Frédéric réalisait là le rêve de tout CHEVALIER. A la tête de 100.000 hommes, il traversa le PLATEAU d'Asie Mineure. Pour encourager les soldats fatigués, il leur avait promis le paradis. Mais Frédéric ne parvint pas à reprendre Jérusalem à Saladin. En voulant prendre un bain rafraîchissant après une marche éprouvante dans la CHALEUR, il se noya. En Allemagne, une légende naquit sur l'héroïque empereur : il dormirait dans une cave de Thuringe, appuyé à une table de pierre. Sa longue barbe blanche aurait poussé jusqu'à terre. Et l'on dit qu'un JOUR, lorsqu'un grand malheur menacera le pays, il se réveillera pour sauver son peuple...


FRÉDÉRIC II LE GRAND

Quand en 1740 Frédéric (1712 - 1786) succéda au Roi-Sergent, la Prusse n'était qu'un petit État de l'Europe centrale. Mais à sa mort, elle rivalisait avec les autres puissances et l'on considéra son roi comme le type même du grand DESPOTE ÉCLAIRÉ.

Le Roi-Sergent était désespéré : son fils Frédéric avait une véritable aversion pour la profession militaire. Épris de musique, de littérature et de philosophie, efféminé dans son allure, Frédéric devait subir de nombreuses humiliations. Arrivé au pouvoir, il conduisit pourtant les armées prussiennes de victoire en victoire et agrandit considérablement son pays. Malgré ses occupations militaires, il continua à ÉCRIRE des vers. C'est ainsi qu'un JOUR, Voltaire, son ami, lui déroba des poèmes pour les lire dans les salons parisiens et s'en moquer. Frédéric le fit rattraper peu avant la frontière et lui ordonna de restituer ses oeuvres poétiques. Les brouilles et les réconciliations du despote et du philosophe passionnaient toute l'Europe. Quand Frédéric, surnommé le "vieux Fritz", mourut, il ressemblait d'ailleurs à Voltaire.

Frédéric II le Grand

Sigmund Freud
SIGMUND FREUD

Le docteur Sigmund Freud (1856 - 1939), justement surnommé le "père de la psychanalyse", se spécialisa dans l'étude de certaines maladies nerveuses. Il exerca toute sa VIE en Autriche, mais les persécutions antisémites l'obligèrent à se réfugier à Londres en 1938.

On ne peut pas attribuer à Freud cette petite phrase que nous prononçons souvent : "Ce n'est pas un hasard si...". Et pourtant Freud fut le premier à mettre en évidence l'importance du lapsus (ce n'est pas un hasard si, en évoquant une soirée chez la tante Caroline, j'ai dit : "Ce que je me suis embêté !" au lieu d'amusé). Il en est de même pour nos oublis (on manque rarement un rendez-vous avec un ami que l'on aime... ou bien on a des raisons de ne pas le rencontrer !). Et si les Grecs, déjà, avaient donné un sens précis au rêve, car ils croyaient y lire l'avenir, Freud lui, démontra que nos rêves pouvaient être interprétés, car nos désirs, nos tendances, nos refus les plus secrets nous font vivre d'étranges aventures ou situations. Quelquefois le sens est clair : on voudrait partir, tout avoir... d'autres fois, tout est si bizarre qu'il faudrait un psychanalyste pour nous l'expliquer !


FUSÉE V2 1 référence trouvée

Bombe volante utilisée par les Allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale, la fusée V2 fut le banc d'essai des armes stratégiques modernes et des fusées spatiales qui ont permis à l'homme de se poser sur la Lune.

Sentant la partie perdue, Hitler décide, en septembre 1944, d'utiliser les armes redoutables mises au point par ses savants. De septembre 1944 à février 1945, 1.000 V2 s'abattent sur l'Angleterre, faisant 5.000 morts et 7.000 blessés. Malgré ces victimes, l'arme se montrait, en fait, peu redoutable. De portée limitée (de 120 à 200 kilomètres), la fusée manquait aussi de précision. Un JOUR un V2 lancé sur Londres tomba près de Paris ! En réalité, ils avaient plutôt pour but de terroriser la population que de détruire des objectifs militaires. A la fin de la guerre, le savant WERNHER VON BRAUN, père des V2, poursuivit sa carrière aux États-Unis. Il contribua à créer les fusées qui partirent à l'assaut de l'ESPACE et à la conquête de la LUNE. En 1950, il choisit la nationalité américaine.

Fusée V2

Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition.

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011