Je Sais Tout ... L'Histoire Retour Menu  Accueil

D (2/3) de  DELPHES  à  GUERRE DES DEUX-ROSES
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Delphes
DELPHES 1 référence trouvée

Située au pied du mont Parnasse, Delphes était le centre religieux commun à tous les Grecs... On venait y vénérer le dieu Apollon et y entendre les fameux oracles de la pythie.

On raconte que des CHÈVRES erraient sur les pentes du mont Parnasse. Un JOUR, par une fissure de la roche, d'étranges exhalaisons s'échappèrent. Aussitôt, les ANIMAUX s'agitèrent de mouvements convulsifs et le berger qui les suivait se mit à délirer. Telle serait l'origine de l'oracle d'Apollon. Dans la Grèce ancienne, une femme, la pythie, assise sur un trépied au-dessus de la fissure, respirait les fumées divines. Les cheveux en désordre, l'écume à la bouche, elle prononçait des paroles incohérentes que les prêtres interprétaient. Un jour, ALEXANDRE LE GRAND se rendit à Delphes mais la pythie ne voulut pas siéger. Le fougueux guerrier la prit alors et la mit de force sur le trépied. Vaincue, la pythie déclara : "On ne peut te résister !". Alexandre, content, proclama partout que la pythie, dans un oracle divin, l'avait déclaré invincible !


DÉMOCRATIE 2 références trouvées

Le mot démocratie vient de deux mots grecs : demos, qui signifie le peuple et kratein, diriger. La démocratie est un gouvernement dans lequel le peuple exerce le pouvoir.

On a souvent cherché dans l'antique Athènes le modèle de la démocratie. En effet, tous les citoyens de la cité devaient participer aux décisions communes. Quand un cas urgent se présentait, on allumait les FEUX ou on sonnait de la trompe pour rassembler les citoyens. Comme certains Athéniens se montraient récalcitrants, des archers chargés de la police, munis de cordes enduites de minium, rabattaient le peuple vers la colline de la Pnyx où se tenait l'Assemblée. Ceux qui avaient des traces rouges sur leurs vêtements ne recevaient pas l'indemnité. Quand la discussion s'ouvrait, tout le monde pouvait prendre la parole. La discussion épuisée, on votait à main levée. On voit mal, de nos JOURS, tous les citoyens d'un pays se prononcer de cette façon. Le bulletin dans l'urne a remplacé la main levée. Par contre, dans les assemblées syndicales, plus restreintes, on a retrouvé cette méthode héritée des Anciens.

Démocratie

Démographie
DÉMOGRAPHIE

A partir de 1750, l'humanité se reproduit à un rythme accéléré et passe, de 180 millions d'habitants en 1800, à 270 millions en 1850, et 300 millions en 1870. On appelle cet accroissement sans précédent, la révolution démographique.

En 1700, 1 enfant sur 2 mourait avant l'âge d'un AN. L'espérance de VIE dépassait à peine 30 ans ! Si une famine survenait, 1 habitant du village sur 3 disparaissait. Or, à partir de 1750, on observe que les famines deviennent moins fréquentes, que le climat se réchauffe. Mais peut-être faut-il chercher dans les petits faits les raisons de la révolution démographique. Les vêtements de COTON se répandent dans le peuple et protègent mieux les nouveau-nés des rigueurs de l'HIVER; on pave les rues et on construit des égouts, ce qui améliore les conditions d'hygiène; l'usage du savon rend la toilette plus fréquente. En Angleterre, on constate même qu'en 1740, l'interdiction de vendre du gin correspond à une chute spectaculaire de la mortalité ! Toutefois, cette révolution démographique ne touchait encore que l'Europe. Pour les autres CONTINENTS, il fallut attendre un siècle de plus.


DÉMOSTHÈNE

Démosthène (384 - 322 av. J.-C.) est considéré comme le plus grand orateur de tous les temps. Par la force de ses discours, il sut, pendant quelques ANNÉES, empêcher Philippe de Macédoine de conquérir la Grèce.

La première fois que Démosthène monta à la tribune pour plaider une cause, des rires secouèrent l'assemblée. Ses phrases qui n'en finissaient plus, son style tourmenté, sa faible voix semblaient des obstacles insurmontables au métier d'orateur. Et pourtant, Démosthène sut, par un entraînement constant, parvenir à ses fins : pour acquérir du souffle, il gravissait une MONTAGNE en courant et en récitant des vers à haute voix. Ou bien, pour améliorer sa diction, il se remplissait la bouche de petits cailloux et prononçait ainsi des discours devant une MER déchaînée. Sa volonté l'emporta. Les Athéniens l'auraient écouté pendant des HEURES quand il prenait la parole à l'agora (place publique). Cependant, malgré ses "Philippiques", Philippe de Macédoine imposa sa puissance aux cités grecques, en 338 av. J.-C. Comme quoi les armes, opposées à la parole, ont souvent le dernier mot !

Démosthène

Dépêche d'Ems
DÉPÊCHE D'EMS

En 1870, Bismarck est persuadé que l'achèvement de l'unité allemande ne peut se faire que par une guerre avec la France. Un ennemi commun, quoi de meilleur pour unir Bavarois, Prussiens, Rhénans, Saxons ?... Seulement, comment donner à la France le rôle de l'agresseur ? Bismarck va utiliser une invention encore à ses débuts : le télégraphe.

Le 13 juillet 1870, le roi de Prusse, Guillaume 1er, reçoit l'ambassadeur français à propos d'un conflit diplomatique. Il le reçoit courtoisement et lui confirme ses propos antérieurs. Puis Guillaume, pour mettre BISMARCK au courant, lui envoie la fameuse dépêche d'Ems. Le Chancelier décide alors de truquer ce télégramme pour entrer en guerre contre la France : il affirme à la presse que Guillaume a fait dire à l'ambassadeur de France, par son aide de camp, qu'il n'avait plus rien à lui dire ! "Cela, ÉCRIT Bismarck, fera sur le TAUREAU gaulois l'effet du drapeau rouge." Cinq JOURS après, en effet, le gouvernement français déclare la guerre à la Prusse. Celle-ci, aux yeux des Allemands, apparaît comme la victime. Grâce à cette ruse, l'Allemagne réalisa, pour la première fois, son unité.


DESPOSTISME ÉCLAIRÉ 1 référence trouvée

Dans la Grèce antique, Platon avait imaginé un gouvernement dirigé par les philosophes. Au XVIIIe siècle, ce projet devient réalité : les philosophes se font les instituteurs des princes.

"Tout pour le peuple, rien par le peuple"; cette devise définit parfaitement le despotisme éclairé. Pour certains grands philosophes du XVIIIe siècle, l'homme est incapable de se diriger. Il lui faut donc des rois tyranniques, mais bons. CATHERINE II de Russie, Joseph II d'Autriche et Frédéric II de Prusse incarnèrent les modèles du despote éclairé : améliorant le sort des paysans, abolissant les privilèges, développant les écoles, les hôpitaux, les routes et les villes, encourageant le commerce et l'industrie, ces princes modernisèrent leurs royaumes. Mais ces philosophes avaient parfois des problèmes avec leurs despotes : un JOUR Joseph II devait passer par Ferney où résidait Voltaire. Dès huit HEURES du matin, ce dernier avait mis sa grande perruque, et le cuisinier avait préparé un repas magnifique. Quand le carrosse arriva en vue du château, Joseph, n'aimant pas les séances pompeuses, ordonna de poursuivre la route. Quelle blessure pour l'amour-propre de Voltaire !

Despostisme éclairé

Guerre des Deux-Roses
GUERRE DES DEUX-ROSES

A la fin de la guerre de 100 Ans, l'aristocratie anglaise était divisée en deux grandes familles rivales : les York et les Lancastre. De 1453 à 1485, une terrible guerre civile opposa ces deux clans. Curieusement, la rose servait d'emblème à ces affrontements guerriers : rose blanche des York contre rose rouge des Lancastre.

Pendant 30 ANS, la guerre des Deux-Roses se déroula avec une sauvagerie inouïe. Les barons, bravant les flèches, cherchaient le corps à corps à la hache ou à l'épée. Les têtes tombèrent sur les échafauds, décorèrent les portes des châteaux ! Richard, duc de Gloucester, fit assassiner ses neveux après les avoir fait enfermer dans la Tour de Londres. Finalement à la bataille de Bosworth, en 1485, Richard fut tué. La couronne, qu'il avait portée pendant le combat, tomba dans un buisson. Après la bataille, on la retrouva et on la posa sur la tête d'Henri Tudor, parent des deux familles ennemies. La guerre des Deux-Roses s'achevait, faute de combattants. La noblesse anglaise, réduite à quelques familles, ne posera pas de problèmes à la BOURGEOISIE naissante qui, pendant ces combats d'ARISTOCRATES, avait sagement commercé et prospéré.


Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011