Je Sais Tout ... L'Histoire Retour Menu  Accueil

A (2/3) de  AMPHORE  à  ARMÉE DE L'AN II
Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Amphore
AMPHORE 1 référence trouvée

L'amphore est un vase antique, de plus ou moins grande dimension, qui servait à conserver et transporter les liquides ou les grains.

L'amphore naquit avec l'AGRICULTURE. Quand l'homme parcourait les espaces à la poursuite du gibier, il ne pouvait s'embarrasser de récipients inutiles et consommait immédiatement ce qu'il avait tué. Avec l'agriculture, il doit absolument conserver pour l'HIVER les grains récoltés en ÉTÉ. Avec de l'ARGILE, qu'il cuit, il fabrique des récipients. Les historiens ont retrouvé des débris d'amphores datant de l'époque néolithique. On y enfermait l'huile, le VIN, les grains. Ces vases à deux anses permettent d'ailleurs à l'archéologue de reconstituer pratiquement toute l'histoire des peuples anciens. Les potiers décoraient en effet les amphores, soit de scènes de la VIE quotidienne, soit d'épisodes de la vie des dieux. Comme les potiers signaient leurs amphores d'une marque, on a même pu reconstituer les ateliers de fabrication et leur zone d'exportation. De nos jours, les historiens connaissent parfois mieux le nom d'un obscur potier que celui d'un homme autrefois renommé, mais qui n'a pas laissé sa marque !


ROALD AMUNDSEN 6 références trouvées
voir les 3 définitions

Explorateur norvégien, Roald Amundsen (1872 - 1928) fut le premier à atteindre le pôle Sud. Le 14 décembre 1911, par -50°C et dans le BLIZZARD, il y plantait le drapeau norvégien.

L'homme n'a pas toujours exploré la PLANÈTE pour des mobiles recommandables. Le profit, l'ESCLAVAGE, la guerre expliquent bien des expéditions. Dans l'exploration polaire, en revanche, l'esprit de curiosité et d'aventure s'exprime sans arrière-pensée. Roald Amundsen cherchait le chemin des pôles. En 1910, il dirige une expédition en direction du pôle Sud. Il avait compris l'utilité des CHIENS. Grâce à ses 52 bêtes, il put parcourir 2.500 kilomètres, soit, en moyenne, 27 kilomètres par JOUR. En 1926, il fit partie de l'équipage du dirigeable Norge, commandé par l'aviateur italien Nobile, qui survola le pôle Nord. Deux ANS plus tard, Nobile, qui avait essayé de renouveler son exploit, se perdit dans l'OCÉAN ARCTIQUE. Amundsen décide alors généreusement de partir à son secours mais l'avion dans lequel il avait pris place disparut corps et biens. Entre-temps, un brise-glace russe avait pu recueillir l'équipage du dirigeable !

Roald Amundsen

Anarchisme
ANARCHISME

L'anarchisme est un mouvement qui tenta de changer la société par la violence (bombes, attentats); de ce fait, il fut difficilement accepté par les populations effrayées par ces actions terroristes.

En 1894, les murs de Paris se couvrent d'affiches aux mots d'ordre inquiétants : "Pillez ! Incendiez ! Détruisez ! Vive la révolte ! Mort aux exploiteurs !" C'est à la fin du XIXème siècle que le mouvement anarchiste connut son apogée : en Russie, le 1er mars 1881, le tsar Alexandre Il est assassiné après 5 attentats manqués; le 24 juin 1894, le président de la République française, Sadi Carnot, est poignardé par l'ouvrier Caserio. L'un des attentats les plus spectaculaires eut lieu à Paris le 9 décembre 1893. Au beau milieu d'une séance de la chambre des députés, l'anarchiste Vaillant fit exploser une bombe. Peu impressionné par le bruit et la fumée, le président Dupuy lança : "Messieurs, la séance continue".


AQUEDUC

L'aqueduc était un canal qui, dans la Rome antique, permettait de conduire l'eau dans les grandes villes (ducere : conduire, aqua : eau). Les aqueducs romains nous étonnent car ils montrent une connaissance extraordinaire de la science hydraulique.

Chaque cité romaine accordait une très grande importance à son approvisionnement en EAU. Ainsi, la ville de Lyon recevait, tous les JOURS, 75.000 mètres cubes d'eau : celle de Nîmes, 20.000. Le CANAL conducteur était maçonné et recouvert d'une voûte ou de dalles. Des ouvertures, de loin en loin, permettaient l'aération de l'eau, et des purgeurs servaient à vidanger et nettoyer. Des bassins de décantation éliminaient les impuretés. Quand le canal devait franchir une VALLÉE, on construisait des ponts remarquables. Certains aqueducs, longs de 70 kilomètres, n'avaient ainsi qu'une pente moyenne de 30 centimètres par kilomètre. Après les invasions barbares, ils ne furent plus entretenus et s'obstruèrent de débris. Les aqueducs nous présentent un exemple remarquable de la civilisation urbaine romaine.

Aqueduc

Araire
ARAIRE 1 référence trouvée

Avant l'invention de la CHARRUE, les hommes utilisaient l'araire pour labourer la terre. Traîné par un ANIMAL et guidé par l'homme, cet instrument ne fait que gratter le sol. Il ne le retourne pas en profondeur.

L'araire est probablement sorti de l'imagination de l'homme qui, le premier, a compris qu'en retournant la TERRE, la récolte de l'ANNÉE suivante produirait plus de grains. A partir de cette constatation, il suffisait de trouver, dans la FORÊT, une grosse branche qui permettait de gratter le SOL en profondeur. De nos jours, l'amateur de techniques anciennes peut visiter, au musée du Caire, en Égypte, différents modèles d'araires utilisés dès le troisième millénaire avant Jésus-Christ. Ensuite, s'il a le temps de parcourir la campagne égyptienne, il peut toujours voir les paysans en robe blanche guider l'araire traîné par un BOEUF ou un CHAMEAU. Remarquable persistance de coutumes et de techniques anciennes ! Avec l'araire naquit l'AGRICULTURE. De ce fait, les hommes se fixèrent dans des villages. En creusant le sol, ils faisaient un pari redoutable : celui d'attendre, pendant plus de 6 MOIS, une éventuelle récolte...


ARCHIMÈDE 3 références trouvées

Archimède (287 - 212 av. J.-C.), savant grec, né à Syracuse, en Sicile, fit de nombreuses découvertes MATHÉMATIQUES et PHYSIQUES. Vous connaissez la plus célèbre : tout corps plongé dans l'EAU subit une POUSSÉE verticale égale au poids du volume d'eau déplacé. C'est le fameux principe d'Archimède.

En 214 av. J.-C., les armées romaines commandées par Marcellus assiègent Syracuse. La victoire sera facile, pensent les Romains. Déjà les premiers navires pénètrent dans le port. Alors, une immense main de fer s'avance de la cité assiégée, les agrippe, les soulève et les laisse brutalement retomber. Terrorisés, les marins font demi-tour et prennent le large. Mais une fumée signale le FEU à bord et les galères sont bientôt réduites en cendres. Quelle devait être la joie des Syracusains contemplant Archimède qui, avec une immense loupe, captait les rayons du SOLEIL pour les braquer sur la flotte ennemie ! Avec un tel savant dans ses rangs, Syracuse pouvait dormir tranquille. Pourtant, à cause d'une trahison, la cité fut prise. Marcellus avait donné la consigne formelle de ne pas tuer Archimède. Un soldat trouva le savant en train de travailler. Il lui ordonna de le suivre mais Archimède ne l'entendit pas. Au lieu de répéter son ordre, le légionnaire tua l'étourdi.

Archimède

Aristocratie
ARISTOCRATIE 9 références trouvées

Aristocratie vient de 2 mots grecs : aristos, qui signifie excellent, et kratein, diriger. L'aristocratie devrait donc être le gouvernement des meilleurs. Mais qui sont les meilleurs ? Les nobles, les riches ou les diplômés ? Toutes les civilisations ont connu leur aristocratie.

Le gros problème des aristocrates a toujours été de montrer qu'ils étaient les meilleurs. Dans la France de l'Ancien Régime, on prétendit par exemple que les roturiers (non nobles) portaient de naissance une tache, un ÉLÉMENT de souillure ! Difficile à prouver ! Ensuite, on affirma que du SANG bleu coulait dans les VEINES des aristocrates. Ceux-ci descendraient des guerriers francs, alors que les roturiers auraient pour ancêtres des Gallo-Romains dégénérés ! L'argument présentait une faiblesse importante : les historiens montrèrent rapidement que les Gallo-Romains étaient civilisés et que les guerriers francs, au contraire, avaient tout des barbares ! Le plus étonnant et le plus remarquable, c'est qu'un groupe qui ne dépasse pas 2% de la population totale puisse se maintenir, parfois pendant plusieurs siècles, en préservant ses richesses et sa puissance.


ARMÉE DE L'AN II 1 référence trouvée

En 1793, la France est menacée de tout côté : la Révolution excite contre elle la colère des princes européens qui, en septembre, envahissent le Nord et l'Est du pays. En quelques MOIS, le Comité de Salut public doit former une armée nouvelle, l'armée de l'an II.

Face aux fantassins prussiens et autrichiens soigneusement équipés, les soldats de l'AN II faisaient pâle figure. Certains n'avaient pas de chaussures. Les armes manquaient, mais la flamme y était. Ces braves patriotes recevaient les boulets ennemis aux cris de "Vive la liberté !" Tout le pays mit la main à la pâte : on réquisitionna les chaussures et les chemises; on fondit les cloches de bronze des églises pour en faire des canons; on lessiva les caves pour en extraire le salpêtre. Des savants, Monge, Berthollet, Fourcroy, Chaptal, travaillèrent pour découvrir de nouveaux procédés d'armement. Faite de bric et de broc, cette armée de l'an II, qui montait à l'assaut en chantant "La Marseillaise", repoussa l'invasion et porta finalement la guerre dans toute l'Europe.

Armée de l'an II

Page précédente Pour passer au mode "FICHE" (seulement la ou les définitions d'un mot), cliquez sur le titre de la définition. Page suivante

Dernière modification de cette page le Samedi 13 Août 2011